Représentativité : la CFDT détrône la CGT au niveau national

La centrale dirigée par Philippe Martinez a perdu du terrain dans les PME et les grandes entreprises.

greve
La Haut Conseil du dialogue social a dévoilé les résultats des élections professionnelles qui déterminent le niveau de représentativité des syndicats dans les branches (conventions collectives) et les entreprises (pour d’éventuels accords internes), mais aussi au niveau national lorsqu’il s’agit de négocier une réforme avec le gouvernement.
La loi Bertrand de 2008 sur la rénovation de la démocratie sociale avaient changé les règles: désormais ce sont les consultations dans les entreprises et les chambres d’agriculture qui déterminent l’audience syndicale. Pour être reconnu « représentatif », un syndicat doit obtenir au moins 8% des suffrages. Les différents scrutins organisés entre 2013 et 2016 ont rebattu les cartes dans le secteur privé : en recul dans les PME et certains grands groupes, la CGT perd sa place de leader au profit de la CFDT, mais elle limite les dégâts dans les TPE où une élection a eu lieu fin 2016 (avec un très fort taux d’abstention mesuré à 92,65%).
Au niveau national, hors fonction publique, la CFDT atteint 26,37% (+0,37%), devant la CGT qui recule de 1,92 point à 24,85%. Suivent FO (15,59%), la CFE-CGC (10,67%), la CFTC (9,49%), l’Unsa (5,35%) et Solidaires (3,46%).
Une autre lecture peut-être faite de ses résultats en fonction des sensibilités et de la ligne adoptées par chacun de ces syndicats lors des négociations : le bloc dit réformiste (CFDT, CFTC, UNSA) représente désormais 41,21 % des suffrages face au bloc dit contestataire (CGT et FO) qui pèse 40,44 %

Post author

Journaliste de formation, j’occupe actuellement la fonction de rédacteur au sein du réseau des sites Internet de services aux entreprises du groupe Libbre.
Je peux justifier d’une expérience de six ans dans la presse quotidienne angevine au sein de trois quotidiens : la Nouvelle République, Ouest-France puis le journal majoritaire en Maine-et-Loire : le Courrier de l’Ouest (2007-2009).

Laisser une réponse